Lumière et éblouissement

Les atteintes visuelles nécessitent souvent un apport en lumière plus important que la normale alors que, paradoxalement, certaines situations génèrent de l’éblouissement. En règle générale un apport en lumière directe permet déjà souvent d’améliorer les possibilités visuelles lors d’activités nécessitant de la précision comme la lecture, la préparation d’aliments, la couture ou les tâches effectuées dans le cadre des places de travail professionnelles et scolaires.

Différents types d’éclairage direct ou indirect doivent être envisagés tout comme le choix de la couleur de la lumière qui a une incidence importante sur l’éblouissement. C’est pourquoi il convient de tester des ampoules ou des tubes fluorescents diffusant de la lumière dans différentes gammes de tons plutôt jaunes, plutôt bleus ou plutôt blancs.

L’éblouissement n’apparaît pas qu’avec la lumière du soleil. Certaines personnes sont très éblouies par la lumière artificielle, par les reflets sur des matériaux réfléchissants, par les brusques changements lumineux (en passant d’une zone d’ombre à une zone plus éclairée, par exemple), par l’éclairage public ou les phares des voitures la nuit ou même par la lumière changeante des saisons.

Différentes solutions peuvent être envisagées en commençant par des chapeaux, des casquettes, des visières et des filtres permettant de retenir certains rayons lumineux, particulièrement éblouissants, tout en augmentant les contrastes.

Les moyens précités permettant de gérer la lumière sont également prêtés pour une période d’évaluation, seuls ou en complément aux solutions définies pour la lecture, les déplacements ou pour d’autres activités.